18 ans d’absence


Capture d’écran 2016-11-07 à 19.17.20.png
Mon coeur écorché est inondé
D’une pluie de chrysanthèmes desséchés.
Ces fleurs boursouflées du mal
Qui pleurent la destinée fatale
D’une âme disparue, chassée, perdue.
La mort frappe trois coups aux portes du paradis glacé,
Avant d’enlever sous son armure de fer forgé,
Le corps inanimé du défunt paralysé.
C’était le 6 novembre d’un siècle passé.
Un temps poussiéreux dans lequel ton souffle s’est figé.
Les chrysanthèmes colorés fleurissent encore
Pour me rappeler que seul ton corps est fané
Et que la flamme de ton âme
Peut encore briller dans les larmes
Qui perlent de mes noisettes dorées,
Ces yeux jaunes, le seul souvenir que tu m’as laissé.


3 réflexions sur “18 ans d’absence

  1. ton papa était un homme merveilleux et formait avec ta maman un bien joli couple. C’est totalement injuste mais il n’est pas loin de toi juste derrière la porte de ton cœur. Doux baisers

    J'aime

    1. Merci Laurence pour vos petits mots qui me font très plaisir. Les gens qui ont véritablement connu Dominique sont rares… Je vous embrasse, Alexia

      J'aime

Un mot de soutien ? Une parole reconfortante ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s