L’auteur


On a tous nos démons tapis dans la chair, inlassables persécuteurs de nos petits êtres fragiles qui essaient tant bien que mal de toucher du doigt le nirvana. Parfois, ils sont tellement tenaces qu’ils font de nous des écorchés vifs et s’infiltrent insidieusement pour grignoter nos cellules roses. Le démon d’Alexia s’appelle « anorexie ». Fucking anorexie. Cette maladie mentale qui est devenue un gros mot, que l’on associe trop souvent aux diktats du catwalk et ses mannequins taille 32, et qui s’attaque à nos ados, filles comme garçons (mais pas que).

Alexia-25

Cette « saloperie » (excusez ma vulgarité toute mesurée), mal connue, méconnue, injuste et irrationnelle, détruit tout sur son passage, comme un tsunami. Une grande vague de « rien », et de faim, pour faire disparaître la souffrance de celui qui la subit.

Alexia a 18 ans, l’âge tendre de tous les possibles. Alexia, c’est la grâce de l’ange mêlée à la force du lion. Alexia est joie, bonté, génie. Mais voilà, Alexia est anorexique. Pour elle, « manger c’est pêcher ». Elle traîne sa douleur depuis 6 ans. Ce crétin de mental, qui veut la réduire en petit poi(d)s, lui colle aux basques. Aujourd’hui, elle a décidé de dire NON – STOP – FUCK à cette maladie qui lui pourrit la vie, le corps, l’esprit. Son combat passe par l’écriture sur son blog La faim du petit poids, le dessin et son projet #Défifood : A la recherche des papilles perdues.

Vous la trouvez rachitique ? C’est parce que vous n’avez pas fait attention à sa bouche pulpeuse. Vous la trouvez insignifiante ? C’est parce que vous n’avez pas aperçu son regard vert-doré pétillant. Alexia est une brindille. Oui. Mais une brindille pleine de sève et d’éclat. Son corps lui fait défaut. Et pourtant, c’est une guerrière. Une guerrière de lumière, comme dirait Paulo Coelho. Une combattante qui aime la vie et tente chaque jour un peu plus, de redonner goût à ses papilles pour relancer la mécanique. Pour que son corps reprenne forme. Parce que le corps a besoin d’être nourri. Parce qu’on n’a qu’une vie. Parce que chaque jour est une seconde chance.

« Ne plus fuir devant l’adversaire. Jamais. »

C’est son mot d’ordre. En 5 ans, elle a usé douze psychiatres, sept psychologues, un acupuncteur, une magnétiseuse, une kinésithérapeute, une diététicienne, deux médecins généralistes, un endocrinologue, deux gynécologues, une nutritionniste, une kinésiologue… Beaucoup trop ! Son background familial, elle le résume en 6 épisodes : un cancer, un décès, une dépression, une séparation, un déménagement, cinq ans d’anorexie, une nouvelle dépression, une tentative de suicide, un nouveau décès, mais le sien… L’angoisse, la tristesse, la colère, le manque, l’incompréhension… ont submergé l’ado vulnérable et hypersensible. A 12 ans, on n’est pas forcément calibrée pour développer une stratégie de défense psychique efficace. Personne n’est infaillible … Mais rien n’est impossible. « Antidépresseurs, anxiolytiques, et autres substituts de vie fallacieux. Rien n’y fait. Rien ne remplace jamais le bien incommensurable de… rire. A en avoir mal aux joues », écrit-elle. Elle a beau avoir la faim anesthésiée et les papilles paralysées, Alexia a toujours cet appétit insatiable de vivre. C’est son carburant invisible, ce petit supplément d’âme qui la tient sous perfusion.

Parce qu’il n’y pas de thérapie miracle, elle cherche à présent sa résilience, loin des blouses blanches.

« J’ai enfin compris que je guérirais le jour où JE choisirai de m’en sortir »

Alors Alexia a décidé d’inventer sa propre thérapie, avec l’aide de ses « docteurs ès papilles » qu’elle invite à plonger dans la marmite à la recherche de ses papilles perdues. Brillante et talentueuse, elle a imaginé le #Défifood pour doper son processus de guérison. Le pitch : inciter chefs et foodies à la challenger sur l’art culinaire pour « retrouver le goût du goût ». « Je ne veux pas seulement manger. Je veux apprendre à cuisiner, à maîtriser les assaisonnements, les cuissons. Je veux respecter les aliments afin de me respecter moi-même. »

Ces instants food, notre Miss Papilles Hot 😉 les partage sur son blog dédié, via les réseaux sociaux et sa propre chaîne YouTube ! Son concept a déjà touché Betty Guillo, sa MasterChef préférée (#TeamBetty), qui l’a initiée à la glace italienne chez Giovanni Maestro Gelatiere, « les meilleures de Paris », et Yves-Marie Le Bourdonnec, le meilleur boucher du monde, chez qui elle a relevé le défi d’acheter un « morceau de viande », une tranche de vie. « Il a le cœur tendre comme un rumsteck, et des mots doux comme un agneau ». Denny Imbroisi, Les Legrand, Laure et Richard Toix (étoilés Michelin), Stéphan Per, meilleur confiturier de France, Gontran Cherrier, meilleur boulanger (Tokyo) sont autant d’autres qui ont croisé son chemin. Courgettes sexy ! Tournedos sanguinolent, Piperade… Elle zappe d’une recette à l’autre pour s’imprégner de toutes ces saveurs égarées.

Nouveau défi : un livre « La Faim du petit poids : chroniques anorexiques », publié aux Editions Kawa, comme un état de l’art de son parcours initiatique de Candide au féminin, dans lequel elle écrit les textes et réalise les illustrations, sous le regard bienveillant d’Henri Kaufman.

« Vivre, c’est changer » (Manuel du guerrier de lumière de Paulo Coelho). Alexia l’intrépide le sait, elle qui a du pop-corn dans le cœur. La « fin » du petit poids est déclarée !

#FingersCrossed #NeverGiveUp #RecoveryIsPossible

Par Alexandra Blanc sur Garçonne Magazine


3 réflexions sur “L’auteur

  1. Mettre en place la résistance face à la saloperie qui bouffe, qui détruit, qui anesthésie, qui étouffe. Cette maladie incomprise pour la plupart des hommes composant cette société demande une vigilance permanente pour éviter que les griffes du démons ne s’enfoncent trop profondément en nous. Mais certains comprennent, ils peuvent nous aider, nous écouter et si souvent rester impuissant face au massacre. Alors je valide tes propose : FUCK , SCHEISS, et tout les plus gros mots du monde pour éliminer de notre vie ces démons et réveiller celles qui sommeillent en nous : de jeunes femmes pleine de vie, pleines d’envies, pleine de folies…..

    J'aime

  2. Je vis la même chose que toi. G été hospitalisé 6mois l’année dernière et peut-être je dois me refaire hospitalisé. Comment tu as fait pour t’en sortir.

    J'aime

  3. La présentatrice de Rtl a raison tu es jolie et pétillante. Ca serait bien si tu arrives à te sentir mieux. Mais ca n’a pas du être facile de ne pas avoir de père par exemple.

    A une époque je fréquentais souvent les blogs des TCA et un blog avait un nom comme le tien mais je ne suis pas sure que c’était le tien. J’avais échangé avec son auteure mais dans mes souvenirs elle était plus âgée mais peut être que c’était une idée .

    J'aime

Un mot de soutien ? Une parole reconfortante ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s