Guérir… avec plaisir c’est possible !


Ce soir, j’allume la télévision et tombe sur un reportage de Sept à Huit sur TF1.
Le sujet ? Guérir de l’obésité en retrouvant le plaisir de manger.
Les équipes suivent un petit garçon qui souffre d’un trouble du comportement alimentaire, l’obésité qui touche 18% des Français. Un petit garçon qui a perdu son papa et comble le manque de l’absence en dévorant des gâteaux. Il souffre. Il n’en peut plus de se gaver, de se remplir malgré lui, pour remplir une carence affective par des compulsions alimentaires.
Alors il accepte d’être pris en main. Il accepte d’être aidé.
Mais différemment. Pas dans un hôpital. Pas dans une unité psychiatrique. Il n’est pas enfermé. Il n’est pas isolé. Il n’est pas privé.
Il réapprend progressivement dans un centre thérapeutique à prendre du plaisir.
« Ne pas compter les calories mais éduquer leur sens du goût. L’objectif du séjour n’est pas la restriction mais l’éveil des papilles. » explique la diététicienne qui partage avec les autres enfants un atelier culinaire.
Tiens tiens, voilà une démarche qui me rappelle quelque chose…
Ce soir je suis fière et émue de voir que les intuitions que j’ai eu, la démarche que j’ai entrepris pour retrouver l’envie de manger sainement, de manière équilibrée mais savoureuse en sollicitant les chefs étoilés, s’est avérée juste et pertinente.
Guérir d’un désordre alimentaire est possible.
Non pas en comptant les calories.
Non pas en contrôlant son assiette.
Mais en libérant son esprit et ses émotions en renouant avec le plaisir de manger. Et progressivement ne plus avoir peur de s’alimenter. Trop ou pas assez.
Mais le mal-être ne se limite pas à l’assiette. Il s’étend au corps, à l’image, aux émotions, au bien-être et surtout à l’épanouissement individuel par la libération de la créativité.
Il faut permettre à la souffrance de s’exprimer autrement que par la destruction du corps, l’achèvement du mental, l’anéantissement de son identité.
Ce petit garçon va mieux. Il a perdu trois kilos mais cela ne compte plus. Parce qu’il sourit à nouveau. Parce qu’il est épanoui. Il s’est reconstruit. Il ne souffre plus de son poids et n’a plus besoin de compenser la perte de son père par un désordre alimentaire.
Things are changing.
Things are going to change even more.
That’s my goal. That’s my project.
I want to help people.
Stay tuned.


Un mot de soutien ? Une parole reconfortante ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s