Défi A4 : Répondre à des normes c’est déjà dépasser les bornes.


Il n’est pas rare de constater le plaisir et l’engouement que l’homme prend à relever des challenges toujours plus élevés. Il faut « se défier », « viser plus haut », « atteindre des objectifs ». Au travail, à l’école, dans notre vie personnelle, nous sommes quotidiennement amenés à nous surpasser et sans doute est aussi propre à l’homme, car source de satisfaction, cette capacité à vouloir toujours mieux, toujours plus haut, plus grand, plus parfait. Nous visons tous des idéaux et cherchons tous à ajouter de la valeur aux êtres que nous sommes par l’accomplissement de tâches qui témoignent de la puissance de notre volonté, toujours avec l’espoir que celles-ci exaltent également la grandeur de notre âme.
Ainsi cherchons-nous la compétition là où il n’y aurait parfois que des réalisations. Pires encore sont ces challenges dont les normes ont été établies par une mode, un effet de groupe et qui sont naïvement respectées et appliquées par nombre de personnes, ces suiveurs, qui, faute d’en connaître les limites, dépassent à leur insu les bornes.
Il en va ainsi pour ce nouveau défi A4, nouvelle lubie des réseaux sociaux et des jeunes, qui, attirés par le Bikini Body pour cet été 2016, se lancent dans ce pari attirant mais qui reste avant tout un jeu dangereux.

En quoi ce challenge incite-t-il à la maigreur et quels en sont ses dangers pour les jeunes qui décident de s’y risquer ?

Le défi A4 : testez-vous pour savoir si vous êtes mince

Les règles du jeu sont des plus banales et ce sont elles qui en font son danger : Prenez une feuille A4 (21 x 29,7 cm), placez là verticalement devant votre buste. Votre tour de taille déborde de la feuille ? Mettez-vous au régime et revenez quand vous aurez une taille de guêpe. Ou que vous ne mangerez plus que des feuilles… de salade. A vous de choisir.

Il peut certes paraitre attirant de relever un tel challenge à l’approche de l’été (ou parce que votre chéri vous a largué et que vous avez eu la main un peu lourde sur les Ferrero Rochers – « Bah ! Quoi ! Y’avait une promo chez Monop’ ! »).
Effectivement, quelle femme n’a pas envie de se pavaner sur le sable chaud des plages ensoleillées avec le corps de Gisele Bündchen (même après deux grossesse – ouais je sais, la vie est trop injuste) plutôt que celui de Madame Doubtfire (avec tout le respect que je dois à Robin Williams) ?

Cependant, les mensurations, dont les initiatrices ne sont autres que des adolescentes chinoises, sont bien irréalistes comme ne manque pas de le rappeler à juste titre Le Parisien : selon le défi A4, Miss France aurait bon compte de se mettre au régime sans plus tarder, son tour de taille étant de 25 centimètres, quant à vous Mesdames, avec vos trente centimètres, il serait bon de penser à une liposuccion.
Les chiffres attestent du ridicule de ce défi mais le sujet reste malgré tout sérieux car nombre de jeunes filles s’incitent à relever en groupe ce challenge aberrant alors que la mode du « thigh-gap » est en passe de devenir has-been.

Par ailleurs, le jeune âge des participantes en font des proies sensibles à ce qu’elles ont, pour nombre d’entre elles, tendance à considérer comme un phénomène de mode : les troubles du comportement alimentaire.
Ne soyons pas excessifs, une feuille d’imprimante ne vous fera pas devenir anorexique, toute fois, il faut rester vigilant à ce genre de jeux auxquels, inconscientes des dangers qu’ils engendrent, au-delà de ceux qui nous sont présentés à la télévision ou sur internet, elles se plaisent à jouer. Parce qu’elle rêvent d’être aussi minces que les mannequins des magazines. Parce qu’elles culpabilisent face à leurs copines qui rentrent dans un 36 alors qu’elles peinent à boutonner leur 40. Parce qu’être mince « ça le fait », « c’est swag », « c’est stylé ». Parce qu’elle se disent qu’elles auront un boy friend plus vite que cette garce de Cindy qui les a déjà tous dévoré.

Mais jouer avec l’anorexie, ce n’est pas seulement jouer avec son corps, c’est avant tout mettre sa vie en danger.

Alors relativisons. Ce challenge a déjà fait bien trop de bruit au vu de son absurdité. Mais sans doute est-ce une fois de plus dû à la méconnaissance que les gens ont de manière générale des troubles du comportement alimentaire. Cette anorexie que l’on craint, qui nous effraye, que l’on repousse mais dont on ne parle pas. Pas avec les bons mots. Pas avec les bonnes idées. Car une fois de plus l’anorexie est associée à un phénomène de société, à un caprice d’adolescente pré-pubère mal dans sa peau, et non à la réalité de ce qu’elle est : l’anorexie mentale reste, est et sera une maladie.

Reposez de suite le mètre de couturière, et non, il n’y a pas de raison de noyer son chagrin avec une tablette de chocolat : vous voulez un corps de rêve pour cet été ? Mangez équilibré (bon ok, on compte pas la pizza d’hier soir, ni le McDo prévu ce midi) et faites un peu de sport (naaaaan, les allers-retours à la machine à café ça compte pas !). Ca peut paraitre rébarbatif et illusoire, mais c’est pourtant la seule solution, et croyez-le ou non, bien plus pertinente que celle de se planquer derrière une feuille A4. Si vous voulez ne pas voir vos petites imperfections, faites en sorte qu’elle n’existent pas. Ou alors enlevez tous les miroirs de votre maison. Ne vous prenez plus en photo. Et fermez les yeux sous la douche.


2 réflexions sur “Défi A4 : Répondre à des normes c’est déjà dépasser les bornes.

  1. Ces challenges me semblent être de la pure connerie. Les réseaux sociaux font beaucoup de mal car ils les font connaître et se diffuser à une vitesse folle. Dernièrement j’ai vu un challenge qui consiste à aspirer sa bouche dans une bouteille, avec un effet ventouse, pour la faire gonfler… Des ados se sont retrouvées avec la bouche toute bleue, ou en sang suite à cette mode. C’est d’un triste… 😦

    J'aime

  2. C’est bien sûr idiot et…effrayant !
    Que ce soit le tigh-gap ou ce pseudo challenge, ces derniers attisent bien sûr des commentaires de l’opinion commune les rapprochant de l’anorexie.
    Bien sûr qu’on ne devient pas anorexique par l’image. Ça reste tres méconnu, même si le commun des mortels croit savoir de quoi il s’agit.
    Par ailleurs, il y a autant d’anorexie qu’il y a d’anorexiques.
    Il y a la bien de la matière à débattre. On ne répond pas tous aux clichés et toutes les personnes un tant soit peu lucides ne se lanceront pas dans le challenge A4.

    J'aime

Un mot de soutien ? Une parole reconfortante ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s