Quand la survie vient à bout de souffle


Scotchée, agrippée, bon d’accord, littéralement prisonnière des habitudes que j’ai prises vis à vis de mon alimentation, j’ai décidé… Roulement de tambour… de m’en libérer !
La liste de tous les rituels qui me collent à la peau serait infiniment longue (il serait d’ailleurs intéressant que je la fasse pour me rendre d’autant plus compte à quel point ce que je m’impose est inhumain. Mais, je ne me jette pas la pierre. Ces mécanismes sont des moyens de survie que j’ai mis en place à un moment où ces solutions m’ont semblé convenir pour pallier à une souffrance. Le tout étant de garder à l’esprit que tout cela n’est que temporaire et que aussi bien qu’un jour j’ai décidé de fonctionner sur ce mode de survie, je peux, à tout instant, m’en défaire et enclencher un nouveau mode de vie. Il n’est jamais trop tard, le tout est de ne jamais oublier qu’il s’agit de ma vie et que j’en suis maître.
Suis-je satisfaite de celle que je deviens ? Suis-je comblée ? Heureuse ? Suis-je fière de ce que j’accomplis ? Et bien, après m’être posé toutes ces questions, je dois bien avoué que la réponse est : NON. Et pourtant, rien n’est davantage primordial, selon moi, que d’être en accord avec ce que l’on dit. Avec ce que l’on désire être. Avec ce que l’on prétend être. Avec ce que l’on est. Que valent des paroles fallacieuses ? Des mots insidieux ? A quoi bon prendre position si l’on ne concrétise pas ce que l’on verbalise ? Et bien c’est exactement cela entre mon corps et mon esprit. Cette discorde permanente entre ce que je pense et la manière dont je le concrétise. Un exemple simple : Etre habitée par cette soif de vie et paradoxalement me laisser mourir de faim. Afficher aux yeux de tous mon corps déguisé de pensées dénaturées, voilà comment se manifeste ce tiraillement entre la jeune fille pleine d’ambition et la mort sourde qui l’habite. Coexistence pacifique.
C’est ce même tiraillement permanent qui me fait penser que manger n’est pas indispensable si c’est pour n’en n’être pas congratulée par le regard maternel. Ahurissant n’est-ce pas ? Imagineriez-vous ne vous alimenter qu’en présence de votre mère ? Je pourrais m’étendre sur le sujet et vous expliquez pourquoi accorder tant d’importance à ce regard maternel qui conditionne véritablement chacun de mes faits et gestes, mais ce serait m’aiguiller vers des éléments très subtils de mon histoire dont il me manque encore certaines pistes que j’espère dénicher au plus vite !

La vie ne doit pas être un corps à corps permanent avec l’esprit. Un corps en accord avec son esprit est la base du bien-être.


4 réflexions sur “Quand la survie vient à bout de souffle

  1. Se détacher de ces multiples rituels envahissants, dévorants, n’est jamais simple puisque, comme tu le dis si bien, ils sont un moyen de survie, ils permettent de lutter contre des angoisses encore bien plus pénibles. Arrêter les rituels revient donc à accepter la survenue d’angoisses… oui, mais quand le rituel devient lui aussi source d’angoisse, de fatigue, il devient vital de sauter le pas. Je ne peux que t’encourager dans la voie de la liberté et de la vie. une voie angoissante mais magnifique. Et si jamais – mais c’est probable, Rome ne s’est pas construite en un jour !- les rituels reviennent quelques jours après l’arrêt, ne désespère pas ! Tu auras goûter un peu à la liberté et tu y reviendras, chaque fois un peu plus longtemps, jusqu’à la retrouver pleinement !

    J'aime

  2. C’est vraiment magnifique, et tellement vrai.. J’espère que tu arriveras à te libérée de tout ça, tu le mérites vraiment. Je te soutiens ma belle, courage ❤️

    J'aime

Un mot de soutien ? Une parole reconfortante ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s