A quand la fin ?


J’ai peur. Je sais pourtant bien que même en prenant du poids je ne serai jamais « grosse ». J’ai peur de ne plus être cette jeune fille fragile. Ce petit être frêle. Cette enfant délicate et attendrissante. Celle dont il faut s’occuper. Celle pour qui l’on s’inquiète.

Mais pourquoi ? Comment le statut d’anorexique peut-il être satisfaisant ? Enthousiasmant au point de le faire perdurer cinq années durant. Qui a-t-il de plaisant à sentir son corps faiblir, ses forces s’amoindrir de jour en jour ? Devenir légère, vide, transparente. Jusqu’à s’effacer complètement et n’être plus recouverte que d’une pellicule de chair qui enveloppe mon squelette décharné.

Ce n’est pas comme si ces années de survie m’avaient rendu mon insouciance arrachée, mon enfance volatilisée, De quoi ai-je réellement peur alors ? De laisser toutes ces choses qui me maintiennent dans un demi-souffle permanent, entre vie et mort ? Quel plaisir trouver à tant de souffrances quotidiennes ? Se réveiller en sursaut en plein milieu de la nuit. Etre submergée de crises d’angoisses incontrôlables. De torrents de larmes. Compter les calories. Manger des chiffres. Formater mes pensées. Etre abattue par un passage à vide. Refaire surface. Rechuter. Se relever. Retomber plus bas. Relever la tête. S’effondrer. Et recommencer.

Est-ce que ma vie se réduit à un chiffre sur une balance ?

A quand la fin ?


4 réflexions sur “A quand la fin ?

  1. Coucou Alexia ..écoute même. Lorsque l on est pas anorexique … On est dans l incertitude a ton age ….on ne connaît pas la tournure ,ni le sens que l on va donner à sa vie ! Mais la vie est plaine de surprises…Des bonneset de mauvaises…regarde autour de toi …tu est ravissante , intelligente …tu as d’énormes qualités … Touve un let motive … Écris !!! tu as la plume facile et tes textes sont merveilleux …allez ne laisse pas les pensées négatives t envahirent … Ce n est pas facile mais ensuite tout deviendra beaucoup plus simple ,,,laisse le temps au temps … Je t envoie des pensées positives ….allez capitaine des bisous .. Sylvie

    J'aime

  2. Alexia ma jolie Alexia… Je te comprends, je te comprends tellement. Il est douloureux et difficile de lâcher la maladie. On a construit notre adolescence autour d’elle. Elle a gâché ce qui devrait être les plus belle année de notre vie. À quand la fin ? Au moment où on aura trouvé la force de se BATTRE ! Remue ciel et terre ma belle, demande de l’aide aux médecins, à. Ta famille, à tes amis. Bats-toi. Sois forte. Je t’aime fort 😍

    J'aime

  3. Je ne sais pas si mes mots seront à la hauteur des vôtres.
    J’arrive un peu tard je sais. J’ai découvert ces articles très touchants il y a seulement quelques jours.

    Je ne suis pas psychologue (et quand bien même, ce ne sont pas des oracles) donc je ne sais pas quelle portée auront mes mots.

    Pourquoi restez-vous depuis des années dans l’anorexie ?

    Peut-être la peur d’affronter la dépression, peut-être un moyen de refouler vos larmes et votre sensibilité exacerbée.

    Pensées affectueuses l’écrivain talent-tueuse.

    J'aime

Un mot de soutien ? Une parole reconfortante ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s