Lu ! Le Confident, Hélène Grémillon


photjoLa dernière page tournée, me voilà déjà en train de réfléchir à la manière dont j’allais pouvoir vous parler de ce roman… Je l’ai fini ce matin, et je ne pouvais attendre plus longtemps avant de vous faire part de mes impressions sur « Le Confident ». Pour un premier… Elle a fait fort,Hélène Grémillon ! Si vous n’étiez pas convaincu par les cinq prix littéraires qui lui ont été décernés, peut-être le serez-vous en lisant cet article…

La névrose d’une femme possédée par l’obsession de ne pas interrompre la lignée maternelle. De ne pas décevoir les attentes de son époux. De ne pas déshonorer sa famille. De ne pas aller dans le sens contraire de la marche. De ne pas faire comme toutes ces bourgeoises qui après s’être mariées donnent tout naturellement la vie. Quand transmettre la vie devient l’objet de l’obsession de sa propre vie. Quand il ne s’agit pas de faire un enfant, d’attendre un enfant, de donner naissance à un enfant. Quand il ne s’agit plus d’aimer un enfant.

Parce qu’il fait bon d’avoir un enfant, il FAUT avoir enfant. Parce que c’est quand nous n’avons pas en notre possession LA chose, quand on ne parvient pas à obtenir ce que tout le monde a, que la nécessité de l’obtenir tourne à l’unique obsession d’avoir enfin ‘le précieux’, bien à soi, entre ses mains. Enfin.

Madame M. fait partie de ces femmes mondaines, de la haute société. Là où apparences et commérages sont les principaux loisirs. Et puis elle est stérile. C’est une femme tachée par la honte de ne pouvoir procréer. Les autres. Les anormales.

Louis appartient à ces hommes qui courent éternellement après un amour d’enfance sali par la cruauté de la vie, de la guerre, de la mort.

Annie, condamnée et contrainte toute sa vie à survivre malgré elle. Malgré ses choix, malgré ses maux. A vivre dans la crainte. Dans la peur. A vivre dans un demi souffle, un demi soupir… Un dernier espoir…

Et puis il y a Camille. Vivante, entière, pêchue. Sa mère est morte. Son père aussi. Elle est enceinte. Des lettres lui parviennent. Elle attend passivement la suite. Sans se rendre compte, qu’elle en est l’héroïne la plus active… Je n’en dirai pas plus !

Taché par le sang des victimes de la Seconde Guerre Mondiale, la manipulation psychologique, le suspense de ce roman de passion ne vous laissera pas de marbre. Intriguée par la façon dont se solveraient ces quatre destins brisés, je n’en n’ai fait qu’une bouchée : trois jours pour dévorer 300 pages. Mais… trois jours… qu’est-ce à côté du combat contre une vie inexorablement scellée ?


Une réflexion sur “Lu ! Le Confident, Hélène Grémillon

Un mot de soutien ? Une parole reconfortante ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s