J’ai peur !


Mon cœur palpite. Mes mains sont moites. Je ne me souviens plus. Ma tête tourne. Pardon. J’ai mal. Je pleure, j’ai peur. Mon cœur. Je ne suis pas préparé, parée, armée pour affronter ce que l’on veut m’imposer. Je pleure. J’ai peur. Mon cœur.

Je marche. Sans savoir où je vais. Je me laisse entraîner par la douceur, la chaleur du vent. Un tourbillon. Je tourne en rond. Plus de question. Que c’est bon. Je suis libre. De penser, de vivre, de marcher. Plus rien à contrôler, à décider. Mon cœur balance, il danse, sur cette mélodie qui me laisse penser que tout est fini, que c’est ça le paradis, la liberté, la vie. Plus de soucis, juste l’envie de m’exposer, me confronter à la pluie qui martèle mes cheveux, la même qui roule sur mes yeux, celle qui tambourine les toits. Ces clapotis que la terre entière entend. Tous indifférents. Sans se demander comment. Comment, poussée par le vent, elle nous prend les tripes. Elle nous heurte, sans prévenir, qu’elle va venir pour nous détruire. Tout emporter sur son passage, la faucheuse, elle est sans doute malheureuse. Alors elle creuse, nos cœur, nos peurs, pour nous tétaniser, nous laisser figés, à ne plus pouvoir bouger. Plus j’ai mal, plus elle se régale. Du mal qu’elle me fait, elle se complaît.

Et un jour. Ce bruit,qui nous anéantit, nous foudroie. Celui qui nous terrassait, nous abattait, nous tuait… On le combat, pour vivre. Essayer, sans avoir peur, plus peur d’avancer, de marcher, là bas, vers l’inconnu, vers celui qu’on ne reconnaît plus.

Lâcher prise, la confiance est acquise. Je la méprise. Elle pense m’avoir conquise, et c’est à ce moment là, que j’attaque, que mon armée sort des tranchées. Pour mieux l’abattre, elle joue ses dernières cartes, espérant que je reparte, une fois de plus, dans ce tourbillon, qui ne cesse de me détruire, de m’écraser, m’abîmer au plus profond. Je ne veux plus non. Je veux sentir le soleil brûler ma peau, réchauffer toutes ces années où je ne l’ai pas laissé pénétrer dans mon être, pour me soulager, me libérer de ces démons qui m’emprisonnaient.

Heureuse, amoureuse et bagarreuse !

Le mot de la fin :

Je l’aurai un jour, je l’aurai !

Alexia lol

#Enviedevie


4 réflexions sur “J’ai peur !

  1. On l’aura ! Toutes ! La vie n’est réelle que sans l’anorexie. Elle nous fait perdre du temps, et ce temps c’est notre vie, notre avenir.

    J'aime

Un mot de soutien ? Une parole reconfortante ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s