Flash back…


Salut la Compagnie… Mes fidèles Moussaillons !
Comment allez-vous en ce mercredi très… enneigé ?
Pour tout vous dire… Moi, je suis à la maison, sur mon knp, bien au chaud sous la couette… emmitouflée et recroquevillée tout contre ma mamoune que je suis si heureuse d’avoir retrouvée…
Je sais bien que je n’ai pas été très présente ces derniers temps… depuis le 21 décembre à dire vrai. Je sais, je sais. Mais la maladie a été bien plus forte que moi il y a quelques mois. Je n’ai pas tenu. Me suis littéralement écroulée sous la pression.

Piètre tableau, hein ? De nouveau hospitalisée. Dans le 95, à Eaubonne. C’est une Unité Psychiatrique pour Adolescents et Jeunes Adultes, l’UPAJA comme on l’appelle ! J’ai énormément avancé depuis mon début d’hospitalisation. J’ai repris six kilos… DE 31 à 37 aujourd’hui ! Plus qu’un, avant d’atteindre mon « poids de sortie ». Ce fameux 38 kilos ! Comme vous pourrez le constater  j’ai des permissions depuis deux semaines. Je rentre à la maison pour le week-end, et je retourne à l’UPAJA le dimanche soir à 18 heures. Exceptionnellement j’y retourne lundi. Génial ! Je pense si souvent à vous. Je rêve de vous retrouver. Mon entrée à Chaptal ne s’est… Comment dire… Pas passée de manière vraiment idéale… J’y suis retournée le 15 Novembre, après la fin de mon hospitalisation à Ambroise Paré… Et là… CATASTROPHE NUCLÉAIRE !!!! Impossible de raccrocher au wagon.. Trop de retard pris, je ne suis pas bien dans mes baskets, je n’arrive pas à tenir le coup, trop faible, impossible de travailler ou même de penser… Crises de panique, pleurs. L’horreur ! Sagement je prends la décision de me préserver et d’arrêter, pour un temps l’école. Espérant être requinquée pour effectuer le voyage à Séville en Mars. Voyage, que je n’ai, bien sûr pas pu faire… Je voyais un psy deux fois par semaine, mais la volonté de m’en sortir n’était pas suffisamment grande en comparaison à celle de me détruire, de mourir. Tellement plus facile de s’abandonner, de se perdre, de tout lâcher. Dès lors, je meurs à petit feu. Etant réduite à ne peser que 31 kilos. Ma tension à 7.5. Mon coeur à 38 battements par minute. Ma grand-mère est morte ce 9 décembre. L’effondrement. La descente aux enfers. Le vide, le néant, la mort. Pourquoi vivre ? Pour qui vivre ? Plus rien ne me donne envie. Bien trop de jours sans faim. Sans manger. La solution me semble évidente. Un pied. Deux pieds sur mon balcon. Elle est devant moi, elle n’attend que moi. Elle est juste là. Un cri, la panique, Stéphane m’arrache de mes pensées. Il me sauve la vie. J’aurais sauté. Je ne me serais pas ratée  Une seule chose me tient en éveil. Cette chose qui m’a sauvé la vie. L’écriture. Ecrire, toujours, encore. J’adore. Je fais part de mon expérience, de ma vie, de ma mort. Puis un jour, alors qu’il ne me restait plus grand chose à vivre, une once de lucidité. Un brin de vie m’est apparu. Subitement, soudainement. Il était là. Je voulais vivre. Je voulais m’en sortir. Ne plus me contenter de survivre, de subir, mais bien VIVRE ! « Maman, tu peux m’emmener à l’hôpital s’il te plaît ? ». Nous voilà aux urgences à Levallois. J’y reste une courte nuit. « Vos examens sanguins sont corrects, vous pouvez rentrer chez vous. » Non mais je rêve ou quoi ? Je demande juste de l’aide. Je veux me soigner.
Il y a de la place dans cette unité. Loin d’Asnières, je me perds. Je change d’avis. Je ne veux plus soigner mon anorexie mais bien la dépression dans laquelle je suis enfouie. Noël, Nouvel an… A l’hôpital. Super pas vrai ? Tout cela va trop loin, je dois réellement me faire aider pour mes troubles du comportement alimentaire. Un contrat de poids est mis en place. Des conditions d’hospitalisations rudement dures. Mais je baisse la tête et j’accepte. Qu’importe les difficultés, j’ai la volonté. Depuis le 15 janvier, j’ai repris six kilos. Je suis en fin d’hospitalisation. Et un très gros problème se pose : Que faire d’ici la rentrée scolaire 2013 ? THAT is the question ! Plus sérieusement je ne sais vraiment pas ce que je vais faire de mes journées durant cinq mois. Je ne peux évidemment pas reprendre l’école, sachant que je n’ai même pas commencé. Un voyage ? Du baby-sitting ? Du chant ? De la danse ? De la musique ? De l’écriture ? Un stage ? Que sais-je… Auriez-vous des idées ? J’ai la réelle volonté de faire quelque chose. Quelque chose de particulier. D’exceptionnel. De ne pas être comme les autres. De me démarquer. De briller. Aujourd’hui, au delà d’avoir repris du poids, je me sens sincèrement mieux psychologiquement, mentalement. Je suis bien. Plus d’idées noires. La nourriture ne me pose plus de problème. La guérison est proche, elle est juste là, sous mon nez. Je voudrais l’attraper… La capturer, et ne plus jamais m’en détacher.

Toutes les idées que vous pourriez me proposer… je les prendrai.
Mille bisous
Alexia

6 réflexions sur “Flash back…

  1. Je suis très touché par ce que tu écris, ton courage, ta force de te battre… bravo a toi, continu ainsi, ne lache rien, tu finiras par gagné, sers les poings et bats toi comme tu le fais si bien… bises a toi et bonne continuation =)

    J'aime

  2. Waouh, que de belles nouvelles ! Tu es comme cette petite marguerite qui éclot au printemps et n’aspire qu’à une chose, s’ouvrir à la vie. Ta note est pleine d’optimisme et d’énergie, elle donne le sourire. Je t’embrasse fort !

    J'aime

  3. Coucou Alexia, je suis contente que tu écrives de nouveau sur ton blog, ça fait plaisir d’avoir quelques nouvelles. Bisous ❤

    J'aime

  4. sylvie
    coucou alexia , courage ma belle tu es une battante et pas de risque pour la suite !! j ai confiance en toi ; ) bisous de mayotte

    J'aime

  5. Alexiaa ????
    Je pense que ça doit être toi..
    Je faisais une recherche pour retrouver les personnes qui étaient avec moi à l’Upaja il y a quelques années de ça maintenant, et voilà que je tombe sur ton blog !
    Très heureuse de lire que tu ailles mieux, que tu ailles bien !
    Très belle évolution, bravo !
    Il est peut être temps de me présenter, je ne sais pas si tu te rappellera … Samantha…. 🙂

    J'aime

Un mot de soutien ? Une parole reconfortante ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s