Les angoisses refont surface…


Je ne sais pas ce qu’il se passe… Dans ma tête, mon corps, mon esprit… Tout est emmêlé, je ne trouve pas le bout de la pelote de laine. J’ai mal à l’intérieur. Je sens que la pression, les angoisses montent de manière incontrôlable. Une masse oppresse ma poitrine, m’empêche de respirer. Le lycée ? Le RDV à l’hôpital ? Que sais-je…? Je vais tout reprendre de ma journée d’hier pour essayer de démêler tous ces noeuds qui pèsent et alourdissent mon coeur. Même si je crois pouvoir cerner deux trois choses source d’angoisse.

  • Le lycée : Peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas rattraper le train en marche, de redoubler, de ne pas avoir d’avenir, un beau métier qui me fasse rêver… => Manque de confiance en moi => Remise en question de mes capacités.

Tout cela à cause de l’anorexie… Anorexie qui m’empêche d’y voir clair, de voir la réalité. Qui me fait douter de ce dont je suis capable… QUI M’ABÎME AU PLUS PROFOND. Je veux qu’elle arrête de creuser ce trou dans ma tête et la déloger, ne plus la laisser s’installer au chaud dans mon cerveau.

  • Le RDV à Ambroise Paré : Le retour à mon cocon, les infirmières, la balance qui ne cesse de grimper, la chaleur, la sécurité…

Tout cela forme un bon cocktail d’angoisses, de stress, de paumage complet. Relativiser ? Impossible. Avoir confiance en moi ? Encore plus impossible. Je ne sors pas la tête de l’eau. Peut-être est-ce aussi à cause de l’arrêt des anti-dépresseurs ? Mais je crois bien que je dois arrêter de chercher le pourquoi du comment et agir. Oui, voilà ma solution. Agir, me secouer. Et tenter malgré les difficultés de relativiser. Il paraît que c’est normal. Que comme dans tout il faut un temps d’adaptation. C’est humain. Tout ne marche pas du premier coup. Je dois avoir la sagesse d’accepter que je ne peux pas tout résoudre. Que je n’ai pas les réponses et les solutions à toutes mes questions, mes angoisses, mes peurs. Voici ce que m’a dit un fantastique ami… Il faut que tu perçoive ça comme quelque chose de normal et de naturel, tout s’organisera tout seul par la suite. Tu seras dans le bain et tout te sera clair. Tu as une faculté d’adaptation, si tu ne l’utilise pas c’est du gâchis… Pourquoi je ne me rends pas compte de mes capacités, pourquoi l’anorexie me les cache… Je ne veux plus de tout cela, de toute cette souffrance, de ce mal être permanent que je ressens… Parce qu’elle guide mes pas, ma vie. Contrôle tout, et je ne veux plus, cela doit s’arrêter. Tu entends PetitPoids ? Tout cela doit en finir. Je veux vivre, je peux vivre. A moi de m’en donner les moyens. De me libérer de toi. De briser les chaînes qui me rattachent à toi.  Laisse moi voler de mes belles grandes ailes rayonnantes, flamboyantes, éblouissantes… Si légères qu’elles voguent seules à travers le nuages pour attérir dans le monde merveilleux… Ce monde magique, ce bout du tunnel où la vie est paisible, légère, agréable, pleine de belles surprises qui ne demandent qu’à être découvertes…

J’ai hâte de vivre.


Un mot de soutien ? Une parole reconfortante ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s